SYLVAIN RIVARD | PULPE FICTION

SYLVAIN RIVARD | PULPE FICTION

14 juillet au 3 septembre 2016

La Guilde a fièrement présenté, dans le cadre du FESTIVAL PRÉSENCE AUTOCHTONE et en collaboration avec TERRES EN VUES, Pulpe fiction, une exposition de Sylvain Rivard. Les œuvres de cet artiste pluridisciplinaire, dépeignent un univers plus près de l’identité des Premières Nations que celle des Québécois. L’essentiel de son travail trace le portrait d’un art ethnographique actuel qui se situe au-delà du métissage culturel. À travers une douzaine d’œuvres, Pulpe fiction proposait une réinterprétation de la culture mythique et légendaire de la nation abénaquise.

Par ses œuvres, l’artiste participe à l’actualisation des techniques et des gestes mis à profit dans la confection des paniers; par exemple, en plus des éclisses de frêne employées traditionnellement, il utilise aussi différents papiers. Ceux-ci sont faits à la main ou recyclés et proviennent d’aussi loin que le Népal ou Cuba. Cette nouvelle exposition se situait dans la lignée de son travail minutieux de recherche sur les diverses fibres et pâtes à papier de même que sur les cultures matérielle et immatérielle. 

    SYLVAIN RIVARD

    Né à Montréal, l’artiste pluridisciplinaire Sylvain Rivard est spécialisé en arts et cultures des Premières Nations. Après avoir fait ses études en arts plastiques au Cégep du Vieux Montréal, il a complété un certificat en études pluridisciplinaires et un microprogramme en littérature jeunesse. Ses connaissances accrues l'amènent à œuvrer en tant que consultant auprès des institutions muséales et scolaires. Soucieux d’insérer les pratiques propres aux métiers d’art dans le monde contemporain, il met à profit sa compréhension des techniques artisanales anciennes dans ses collages. Son travail en arts visuels a été présenté à la Grande Bibliothèque de Montréal, au Musée Huron-Wendat de Wendake, à la Maison de la culture Ahuntsic-Cartierville, au Musée des Abénakis d’Odanak, ainsi qu’à la Maison des Gouverneurs de Sorel-Tracy.

    «  J’essaie, en utilisant des techniques anciennes, telle la vannerie, de créer un art ethnologique actuel plus près de l’identité autochtone et qui va au-delà du métissage culturel. Une question se pose ! Pourquoi laisser les artéfacts aux scientifiques et l’art aux artistes des Premières Nations quand un syncrétisme est possible ?  »

    - Sylvain Rivard

    Image : ​​Sylvain Rivard, H. L. Masta, 2016.